22 janvier 2019 : petit déjeuner avec Arnaud MONTEBOURG, Président de la société Les Equipes du Made in France, co-fondateur de la marque de miels de repeuplement Bleu Blanc Ruche, ancien ministre

 

De la politique à l’apiculture – La nouvelle vie d’Arnaud Montebourg

Thomas Legrain, fondateur du Club de l’Audace, a invité, le 22 janvier, dernier Arnaud Montebourg, ancien ministre, et désormais président de la société Les Équipes du Made in France, co-fondateur de la marque de miel Bleu Blanc Ruche, à venir partager sa nouvelle passion : la création d’entreprises agricoles. Comment a-t-il concrètement mené ses projets ? Comment est-il passé de la politique à l’entrepreneuriat tout en continuant à défendre le made in France ? C’est ce qu’a expliqué l’ancien politique lors de son intervention dans les locaux de Swisslife Banque privée.

Qu’est devenu Arnaud Montebourg, ancien ministre du redressement productif des gouvernements Ayrault et Valls ? Après sa défaite aux primaires de la gauche en janvier 2017, ce dernier semble en
effet avoir disparu de la sphère publique et politique.
Amertume, déprime ? Pas du tout ! L’homme a décidé de tourner le dos à la politique pour se lancer dans l’entrepreneuriat et la production de miel et d’amandes.
Invité par le Club de l’Audace à venir raconter son expérience de startupper, il a expliqué comment il était passé de la politique à l’entrepreneuriat tout en gardant le cap, c’est-à-dire la défense du made in France. En quoi ses nouvelles activités sont-elles en cohérence avec ce qu’il a toujours défendu ?

Téléchargez l’article paru dans le Journal Spécial des Sociétés n°12 du 13 février 2019, page 16-17

A propos d’Arnaud MONTEBOURG :

Arnaud MONTEBOURG est né en 1962 à Clamecy dans la Nièvre. Il est à la fois avocat, entrepreneur et homme politique.

Il adhère au Parti socialiste en 1985. Il a été député de la sixième circonscription de Saône-et-Loire de 1997 à 2012. Il a également été Président du conseil général de Saône-et-Loire de 2008 à 2012.

En juillet 2006, il apporte son soutien à la candidature de Ségolène ROYAL à l’investiture du parti socialiste pour la présidentielle de 2007. Elle le désigne alors comme porte-parole pour sa campagne. Il démissionnera de ce poste en janvier 2007 après avoir lancé une plaisanterie sur François HOLLANDE (« Ségolène ROYAL n’a qu’un seul défaut. C’est son compagnon. »).

Au congrès de Reims de 2008, il est nommé secrétaire national du Parti socialiste chargé de la rénovation.

En 2011, il est candidat à la primaire présidentielle socialiste. Au soir du premier tour, il obtient 17,19 % des voix et arrive en troisième position, derrière François HOLLANDE et Martine AUBRY. Beaucoup le considèrent alors comme l’arbitre du second tour. Il votera pour François HOLLANDE sans pour autant donner de consigne de vote à vos électeurs.

En 2012 il devient ministre du Redressement productif dans le gouvernement AYRAULT puis en 2014 ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique dans le gouvernement VALLS I. Critique envers l’action du gouvernement, il décidera de quitter ses fonctions en août 2014 lors de la formation du gouvernement VALLS II.

Fin octobre 2014, il s’inscrit à l’INSEAD, afin de suivre une formation de management.

En décembre 2014, il annonce son retrait de la vie politique. Il diversifie ses activités. Il est professeur invité en économie à l’université de Princeton, aux États-Unis, il est nommé vice-président du conseil de surveillance d’Habitat, il siège au Comité stratégique de la société Talan. Pendant l’été 2015, il lance avec le député UDI Yves JEGO « Les assises du produire en France ». En octobre 2015, il annonce son entrée au capital de New Wind, une start-up conceptrice d’éoliennes domestiques. Il devient Président du conseil de surveillance. Puis, peu à peu, il met un terme à ces différentes activités et il décide de revenir sur la scène politique française.

En mai 2016, il exprime dans un discours prononcé au mont Beuvray, en Bourgogne, son souhait de bâtir un « grand projet alternatif pour la France ». Il fonde dans la foulée un micro-parti, Le projet France. En août 2016, il annonce officiellement sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. En octobre, il confirme sa participation à la Primaire citoyenne de 2017, Il arrive en troisième place de la primaire de la gauche de 2017 derrière Manuel VALLS et Benoît HAMON avec 17,52 % des suffrages. Il annonce alors votre soutien à Benoît HAMON pour le second tour. Après la victoire de ce dernier à la primaire, il est chargé des relations internationales dans le cadre de sa campagne présidentielle. Benoît HAMON échoue à l’élection présidentielle au premier tour.
Il s’éloigne alors à nouveau de la politique française pour se lancer dans la production de miel et d’amandes, avec la création de la marque Bleu Blanc Ruche. Il vend ses premiers pots de miel en septembre 2018 via la plateforme de financement participatif Ulule. Il crée en parallèle de cette marque une École des hautes études apicoles. Il a lancé cette école à Dijon le 14 janvier dernier.