Malek BOUKERCHI, anthropologue, philo-conteur et ultra-marathonien de l’extrême

Qui êtes-vous et quel a été votre parcours ?

Ce qui fait la beauté d’un rêve, de toute espérance lucide qui se veut aussi bien un voyage intérieur qu’extérieur, c’est notre capacité à nous laisser aller à tous les possibles de découverte pour nourrir notre élan, notre allant vital. N’oublions pas que « le futur appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves ». C’est pourquoi, je me définis aujourd’hui comme un « guetteur-tisseur de rêves », car « rien ne vaut un rêve pour créer le futur » -V. Hugo).

Mes identités sont multiples : anthropologue, philo-conteur et ultra-marathonien de l’extrême. Je suis poussé par la folie lucide de traverser les déserts et endroits les plus dangereux ici-bas, sur des distances de 500 à plus de 2500 km en semi ou totale autonomie. Pourtant, rien ne me prédisposait à devenir ce que je suis dans mes divers univers de l’anthropologie, de la narration contée philosophique et du sport extrême clairvoyant.

Enfant de la balle, footballeur passionné, fils d’ouvrier immigré, natif d’un quartier dit « sensible », mon leitmotiv a toujours été de voir le possible là où les autres voient l’impossible. J’ai toujours cru en moi, en mon étoile, à la rencontre avec des personnes motrices pour me faire grandir. Aucune fatalité, l’Audace est une quête, permanente pour aller hors des sentiers battus, pour sortir du cadre faire advenir/devenir l’improbable : vivre ma vie au lieu de la rêver.

Quelle est votre définition de l’Audace ?

Sénèque nous donne une vision simple et efficace de l’Audace : « ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas ; c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles ».

L’Audace est une osmose, une alliance entre élan passionnée et tempérance, entre panache dynamique et clairvoyance. Etre audacieux, c’est oser l’inconnu face au connu, le non familier face le familier ; c’est affronter, se confronter, conquérir, faire face, tenir bon pour transformer ses rêves en réalité.

Parmi tous les projets que vous avez pu mener, quel est le projet audacieux que vous avez envie de nous faire partager ?

Le projet audacieux que j’ai envie de vous faire partager est celui à venir car ceux qui sont passés ne me servent que de boussole pour aller encore plus loin, plus vite et plus fort. Mon prochain rêve : oser un 12.000 km de traversée Sud-Nord, soit un marathon par jour pendant 7 mois, un « Le Cap-Alger », une course au nom de la Terre Patrie et de la Terre Fratrie.

Traverser le continent sur sa dorsale, symbolique épique de nos origines et de nos devenirs, au nom de l’Humanité et d’une cause dépassant l’entendement fragmentaire de nos identités claniques. Cette aventure est aussi pour moi un moyen de faire résonner/raisonner autrement notre vibrer ensemble.

Il s’agira de relever 4 défis fabuleux :

  • Défi physiologique du corps transpirant : courir un marathon par jour pendant 7 mois,
  • Défi pratique du cœur aspirant : faire courir les Africains en mode « Forrest Gump »,
  • Défi pédagogique de l’esprit narratif inspirant : rencontrer les écoliers au gré de mes pérégrinations journalières, les acteurs citoyens des pays en mode narration et partage autour des enjeux du changement climatique en cours :
    • Quelle planète allons-nous laisser à nos enfants ?
    • Quels enfants allons-nous laisser à notre planète ?
    • Défi du sens des liens respirants : oser restaurer comme un chef d’œuvre en péril nos fraternités-sororités retrouvées.

Le site de Malek : http://www.arsynoe.com
Page Facebook

Comment Malek a couru l’ultra-marathon des glaces en Antarctique : https://www.youtube.com/watch?v=NsWLK2cQKN0

Les 7 sens : https://www.youtube.com/watch?v=0OMa591ZksA 

 

Crédits photos : Corinne Dubreuil/15LOVE

Soyez audacieux, exprimez votre point de vue !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *