Thomas MORDANT, étudiant en mathématiques à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm

Thomas MORDANT

Qui êtes-vous et quel a été votre parcours ?

Je suis élève en 4e année en mathématiques à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, et je m’apprête à commencer une thèse en géométrie algébrique à l’université d’Orsay. Par ailleurs, je suis atteint d’une maladie qui rend mes os extrêmement fragiles. Je vis alité et ne peux ni marcher, ni écrire, ni accomplir seul les gestes de la vie quotidienne. Je ne me déplace qu’en fauteuil roulant électrique, maintenu par un corset, ce qui me fatigue beaucoup.

Quelle est votre définition de l’Audace ?

Pour moi, l’audace est le désir de mener à bien quelque chose qui peut sembler impossible ou au-dessus de nos forces. Avec suffisamment d’audace, on peut surmonter les obstacles et arriver au but que l’on s’était fixé.

Parmi tous les projets que vous avez pu mener, quel est le projet audacieux que vous avez envie de nous faire partager ?

En 2013, je n’avais pas 15 ans et je venais d’obtenir mon baccalauréat scientifique. J’adorais les mathématiques et voulais continuer à les étudier. Deux voies s’ouvraient à moi : l’université, ou les classes préparatoires, parcours plus exigeant demandant un travail très intense pendant deux ans, en vue de me présenter aux concours d’entrée aux très prestigieuses Grandes Écoles. Malgré mes limites physiques, je me suis engagé dans cette dernière voie. Je suivais les cours en fauteuil une demi-journée, et travaillais allongé chez moi l’autre, et je faisais appel à des secrétaires ou à mes parents pour écrire les contrôles et devoirs sous ma dictée. Je m’étais fixé comme objectif le concours d’entrée à l’École Normale Supérieure, l’un des plus difficiles de France, avec seulement 40 admissions en maths par an. Et, après deux ans de travail intensif, j’y ai été reçu 22e, et ai pu suivre une formation qui me permet de m’épanouir.

 

 
Exposé de Thomas MORDANT dans le cadre du séminaire « Maths Pour Tous » (22 novembre 2018) : « taquin bloc à changer »
 
Ouvrage d’Isabelle MORDANT, mère de Thomas MORDANT « Mystère de la fragilité », publié en 2019 aux éditions du Cerf et préfacé par Cédric VILLANI.
 
Un enfant lourdement handicapé peut devenir normalien. Alors qu’il ne peut plus écrire, sa mère décide de devenir son porte-voix. Chair à chair, âme à âme, intelligence à intelligence, c’est ce que fait ici Isabelle Mordant. Bouleversant. Terrible. Humain. Une espérance pour les handicapés que nous sommes tous.

Rentrée 2015 : Thomas est reçu brillamment, avant ses dix-sept ans, au difficile concours de l’École normale supérieure. Une grave maladie génétique lui interdit pourtant tout mouvement et le cloue dans un fauteuil roulant électrique, quand elle ne le maintient pas alité.
Sa force de caractère, son intelligence, son désir de vivre et la mobilisation de son entourage lui ont permis de surmonter les obstacles dus non seulement à son infirmité, mais aussi à une société dans laquelle la différence suscite souvent l’incompréhension, quand ce n’est pas le rejet.
Témoignant d’une joie au sein même de la souffrance et de forces qui trouvent mystérieusement leur source au cœur de la faiblesse, ce livre écrit par la mère de Thomas se veut un message d’espérance, mais aussi d’alerte, dans un monde où la fragilité est systématiquement associée à l’échec, alors qu’elle est le propre, et peut-être la richesse, de l’être humain.

Commandez l’ouvrage